No products in the cart.

coree-du-sud-tests-animaux-interdits-cosmetiques-asiatiques

Cosmétiques asiatiques : ce n’est pas ce que vous croyez

 

On en parle, ils fascinent, on les aime ou on les déteste, ou tout simplement on souhaite en savoir plus… Je sais que vous êtes nombreuses à vous poser mille et unes questions sur les cosmétiques coréens ou encore japonais, alors aujourd’hui, je vous propose de tenter de vous éclairer un peu plus sur le sujet. Il y a longtemps que je souhaitais faire le point sur les cosmétiques asiatiques et venir, en l’occurrence, contre-carrer les clichés les plus répandus à leur égard.

Adepte du layering depuis 5 ans, j’ai comptabilisé bon nombre de remarques toutes plus loufoques les unes que les autres lorsque j’évoque ma routine de soins asiatiques.

Loin de moi l’idée de faire la morale, je souhaite juste de rendre justice à de jolis produits qui n’ont pas toujours la réputation qu’ils méritent, mais aussi et surtout à donner quelques précieux indicateurs à celles qui souhaitent s’initier aux cosmétiques asiatiques.

La différence entre les cosmétiques chinois, japonais et coréen

carte de la chine et le reste du monde
Pour commencer, je suis navrée de ce petit rappel de géographie, mais il est indispensable de rappeler que toute l’Asie ne se résume pas à la Chine :)

Donc, lorsque je reçois des commentaires ou que j’entends des remarques telles que “tes produits chinois”, avec le ton condescendant qui va bien, comprenez que mon sang ne fait qu’un tour ! (un peu comme les gens qui confondent rouleaux de printemps et nem) 

Pour rentrer simplement dans le vif du sujet, les cosmétiques asiatiques peuvent très bien venir de : Chine, Japon, Corée du Sud, Taiwan, Hong Kong, Thailande, Vietnam, Laos… On retrouve très souvent des marques communes dans chacun de ces pays (Etude House, TonyMoly, Innisfree…), mais sachez que de plus en plus de petites marques commencent à se faire connaître. Je vous parlerai d’ailleurs prochainement de très belles découvertes cosmétiques vietnamiens et thaïlandais.

Made in China ? Contrefaçon ?
Mauvaise qualité ?

made-in-chinaDans la lignée du paragraphe précédent, produit asiatique ne veut pas forcément dire “Made in China”.

Et même si la mention “made in China” apparaît sur votre produit, ce cosmétique asiatique n’est pas forcément de la camelote ou de la contrefaçon

Je vous donne un exemple simple : les pinceaux Coringco. Coringco est une marque coréenne qui propose d’excellents pinceaux de maquillage vraiment pas chers… mais qu’elle produit en Chine. Pourtant, je trouve certains pinceaux bien meilleurs que ceux de chez MAC (ma revue sur les pinceaux est à retrouver ici).

Quant à la brosse nettoyante Coringco, je peux déjà vous assurer qu’elle est bien plus agréable et efficace que d’autres brosses, comme la Toso par exemple. Pourtant, elle coûte bien moins cher que ses concurrentes.

Bref, quand on parle “made in Asia”, on pense souvent “produits cheap” parce qu’en plus, de nombreux cosmétiques asiatiques sont bon marché et hyper girly, ce qui d’une certaine manière renforce une image un peu cheap (je ne suis pas de cet avis, mais c’est un avis général que j’ai pu remarquer).

Parallèlement à ces cosmétiques très abordables, il  existe aussi de nombreuses marques asiatiques haut de gamme et de luxe encore méconnues et pourtant énormément appréciées : Menard, O Hui, Sulwhasoo, History of Whoo… Autant de noms qui, chez nous, s’apparenteraient à Chanel, Estée Lauder, Lancôme… En mieux, bien sûr :p

menard-ohui-kose-whoo-marques-cosmetiques-asiatiques-luxe

Précision : il existe aussi des cosmétiques bio et naturels en Asie ;)

Venons-en au cas de la contrefaçon : fabriquer un cosmétique de contrebande coûte excessivement cher. Il n’y a donc à ce jour aucun intérêt à produire des contrefaçons de cosmétiques qui coûtent habituellement moins de 20€, non ? Du coup, je n’ai pas honte de dire que j’achète beaucoup de produits sur Ebay US auprès de distributeurs coréens en toute confiance.

Attention, je ne nie pas le fait que la contrefaçon existe, j’insiste juste sur le fait qu’elle concerne les produits très chers à la base et qu’elle n’est pas généralisée. Les marques bon marché comme Etude House ou Tony Moly sont, à mon avis, relativement à l’abri des copies.

 On ne sait pas ce qu’il y a dedans parce qu’on ne peut pas lire les idéogrammes

Si la plupart des étiquettes sont rédigées en japonais, coréen ou chinois, il est tout à fait possible de savoir ce qu’il y a dedans, car de plus en plus de marques inscrivent la composition de leurs produits en anglais. Mieux encore, certaines marques comme Ünt, Etude House ou Innisfree possèdent à présent des sites web en français, avec une présence française ou anglophone sur les réseaux sociaux en prime !

De plus, certaines boutiques en lignes françaises de cosmétiques asiatiques s’efforcent de mettre les compositions détaillées sous chaque produit. Sans compter sur nous les blogueuses spécialistes des cosmétiques asiatiques, qui passons un temps fou à décortiquer les étiquettes rien que pour vous :)

Les ingrédients des cosmétiques asiatiques sont-ils aux normes ?

cosmetiques-coreens-collagene-de-porc

Je ne vais pas vous apprendre que la France n’est pas le seul pays du monde à avoir des lois, et que chaque pays du monde a ses propres règles et tolérances en matière de sanitaire, d’import-export, etc.

Je sais que les réticentes vont brandir le scandale du collagène humain en guise d’arguments à leurs craintes : sachez que cette affaire est un problème sanitaire “isolé” et à ce jour, il n’a pas été prouvé que de grandes marques réputées aient été touchées par ce trafic…

Généralement, les marques précisent si le collagène est d’origine marine ou animale (comme le collagène de porc). Si ce n’est pas précisé, libre à vous de demander des précisions avant d’acheter :) Par exemple, j’ai testé un contour des yeux au collagène de la marque coréenne Mizon : le collagène était d’origine marine et c’était clairement précisé.

Je sais que les ingrédients insolites présents dans les cosmétiques asiatiques (venin d’abeille, bave d’escargot, collagène de porc…) peuvent effrayer : mais comme partout, les produits cosmétiques d’Asie sont soumis à des règles de fabrication strictes et très contrôlées (si ce n’est plus que dans l’alimentaire).

Et puis, ces actifs venus de la nature sont bien meilleurs pour la santé que des dérivés pétrochimiques qui lissent la peau sans la traiter. D’autre part, nous avons aussi notre lot de compositions bizarroïdes en France : cochenilles pour pigmenter les rouges à lèvres, graisses animales dans les savons…

Niveau transparence dans les compositions, sachez que les règlementations internationales tendent vers une certaine homogénéisation afin que tout le monde s’y retrouve dans la jungle des étiquettes.

Quid  des organismes gouvernementaux de contrôle en Asie ?

cosmetics approved

 

Petit apparté pour vous expliquer rapidement comment le contrôle du marché des cosmétiques fonctionne, ça vous rassurera sans doute :)

Pour réguler la production de cosmétiques, chaque pays a sa propre structure gouvernementale (par exemple, en France nous avons l’ANSM, Agence Nationale de Sécurité et du Médicament).

L’Asie ne déroge pas à la règle de l’encadrement sanitaire : pour vous donner une idée si vous souhaitez faire des recherches approfondies, la Corée du Sud contrôle le marché des cosmétiques grâce à la Korean Food and Drug Administration (KFDA). Au Japon, il s’agit du Ministry of Health, Labour and Welfare.

La Chine et Hong Kong possèdent quant à eux la State Food and Drug Administration (SFDA), tandis que les Taiwanais ont une antenne spécifique qui est la TFDA. En Thaïlande, même topo : c’est la Food and Drug Administration (FDA) qui s’y colle.

Vous noterez qu’à chaque fois, l’organisme qui s’occupe du contrôle des cosmétiques est aussi en charge des contrôles portant sur l’alimentaire, ça ne plaisante pas ;)

Les contrôles sont stricts et portent notamment sur la formation du personnel, la qualité des locaux et équipements en veillant à ce qu’ils soient adaptés, avec une hygiène et une sécurité renforcées. Tout est passé au peigne fin : contrôles des ingrédients et matières premières, vérification minutieuse du conditionnement, des numéros de lots, contrôles qualité en laboratoire, traitement intelligent des déchets…

tracabilite-cosmetiques-asiatiques

La traçabilité est donc respectée : en cas de souci sur la chaîne de fabrication, même processus qu’en Europe : la marque, les fournisseurs ou l’usine rappellent dans les plus brefs délais leurs produits défectueux. C’est ce qui est déjà arrivé avec des produits Benton qui ont présenté un souci de conditionnement : la marque a rappelé les lotions “contaminées”.

Tous ces points (j’en oublie sûrement car je ne suis pas experte non plus) sont passés au crible avant qu’une marque puisse distribuer et exporter des cosmétiques.

Niveau conditionnement, il y a une question qui revient souvent : pourquoi certains produits d’une même marque ont des étiquettes différentes ?

composition-hadalabo-japonais-chinois

A gauche : japonais – A droite : chinois

Prenons le cas d’HadaLabo, qui est une marque Japonaise fabriquant une partie de ses produits en Chine, mais selon les cahiers des charges japonais. Ainsi, la production est exactement la même, mais les étiquettes changent d’un pays à un autre.

Vous risquez donc de vous retrouver avec tantôt une étiquette écrite en chinois, tantôt en japonais, mais le produit in fine sera le même.

Si on ne trouve pas beaucoup de cosmétiques asiatiques en France, c’est qu’il y a une raison ?

lobbying-cosmetiques-asiatiques-et-l-europe

Oui, je confirme, il y en a même trois : le lobbying, le marketing et l’administratif.

Je m’explique : avant de se lancer sur un quelconque marché, les marques effectuent bien entendu des études de marché complètes : clients potentiels, étude des habitudes de consommation, panier moyen…

Au regard de tous ces éléments, les marques asiatiques ont pour l’immense majorité (excepté peut être Tosowoong, Shiseido et Ménard) abandonné l’idée de s’implanter en France !

Et pour cause : dans notre pays, les clichés asiatiques ont la vie dure. En France, qui consommerait des produits totalement inconnus ? Une récente étude disait d’ailleurs que la majorité des françaises choisit ses cosmétiques grâce à la renommée de la marque. Pire, les consommatrices pensent que plus c’est cher, meilleur est le produit.

Et si vous êtes marketeux dans l’âme, vous devez le savoir : conquérir une clientèle coûte une fortune, tandis que s’installer sur un marché de niche aussi petit que celui des clientèles fidèles des cosmétiques asiatiques n’est absolument pas rentable !

Et de toutes manières, pourquoi se prendre autant le bourrichon pour s’implanter en Europe puisque le marché asiatique est bien assez faste ? Je rappelle que la Corée du Sud est le premier consommateur de cosmétiques au monde…  Quand au développement économique en plein boom de la Thaïlande et du Vietnam, il  ouvre aux marques coréennes et japonaises des portes incroyables qui font que non, la France et l’Europe ne sont pas (encore) des priorités absolues.

Parlons lobbying un instant : je pense réellement que les grands groupes comme l’Oréal, qui possède une immense majorité des marques cosmétiques en France, ne laisseraient pas de multiples marques à l’excellent rapport qualité-prix empiéter tranquillement sur leur (juteux et bien gardés) marché.

Quoi qu’il advienne, quelques marques réussissent leur implantation en France (comme Too Cool For School désormais disponible aux Galeries Lafayette), mais la lourdeur administrative et le coût conséquent de l’enregistrement de produits auprès des autorités sanitaires françaises peut être décourageant.

Les cosmétiques asiatiques font-ils des tests sur les animaux ?

coree-du-sud-tests-animaux-interdits-cosmetiques-asiatiques

La grande majorité des marques européennes ou américaines vendues en parfumerie effectuent encore malheureusement des tests sur les animaux. Pire encore, certaines prétendent que non, et effectivement le produit final n’est pas testé sur les animaux, mais les matières premières l’ont été. Le consommateur est donc bafoué.

C’est un peu le même débat que le made In France : il suffit que la dernière touche de peinture sur un produit ait été apposée en France pour qu’un produit d’importation bulgare ait le droit de s’appeler “made in france”.

Bref, actuellement il y a de tout sur le marché des cosmétiques asiatiques : sachez toutefois que les tests cosmétiques sur les animaux seront bientôt totalement interdits en Corée du Sud (edit : interdits à présent depuis 2018 !)

Les cosmétiques coréens blanchissent-ils la peau ?

whitening-depigmentant-vrai-ou-faux

Pas envie de vous dépigmenter la peau ? Ca tombe bien, moi  non plus !
Bref, très souvent, je remarque le raccourci suivant : “on en trouve pas de produits whitening en France car c’est dangereux et illégal de se faire blanchir la peau”.

Correction : les produits dépigmentants n’ont rien à voir avec les produits whitening, brightening ou lightening.

On ne trouve pas (hormis sur le marché noir) de produits dépigmentants en France : les produits composés d’hydroquinone et de monobenzone sont dangereux et interdits en Europe tout comme en Asie (hormis dans un cadre médical pour le traitement de patients atteints de vitiligo).

Apparté : à quoi servent les produits whitening, brightening et lightening et quelle différence entre eux  ?

Il y a beaucoup à dire dessus alors si ces questions vous intéressent, je vous invite à lire mon article explicatif sur ces notions :)

Mais alors, si les produits whitening et brightening ne sont pas dangereux, pourquoi ne sont-ils pas aux rayons de nos parfumeries ? Tout simplement parce qu’en France, l’éclat du teint ne fait pas partie des critères de beauté et n’a jamais été un argument de vente, on préfère orienter les clientes dès la vingtaine vers les produits anti-âge !

On en revient aux soucis marketing : demande peu importante = marché pas rentable = produits introuvables.

Les cosmétiques asiatiques sont-ils réservés aux peaux asiatiques ?

cosmetiques-asiatiques-peaux-noires-blanches-bronzees-metisses

Des soins asiatiques dédiés aux asiatiques : c’est un peu comme si les pâtes étaient réservées aux italiens.

Blacks, blancs, beurs, je connais des personnes de toutes origines ethniques qui utilisent des soins coréens ou japonais et qui, jusqu’à preuve du contraire, ne se sont pas encore transformées en rouleaux de printemps (oui j’ai un souci avec les spring rolls) !

Il n’y a qu’à regarder les blogs de Sasha ou Farah, deux jolies métisses à la peau parfaite qui sont accro aux cosmétiques asiatiques :)

Plus sérieusement, je ne vais pas faire un cours de bio, mais sachez que tous les êtres humains possèdent la même peau, composée d’un épiderme, d’un derme, de pores, de vaisseaux sanguins… Il n’y a que la pigmentation de la peau qui change entre les caucasiens, les méditerranéens et les asiatiques.

Croyez-moi, la légende qui laisse penser que “les peaux asiatiques seraient plus épaisses que les nôtres, de ce fait leurs cosmétiques sont fortement dosés pour mieux agir sur elles” est surréaliste.

Le layering abîme-t-il la peau et coûte-t-il cher ?

beauté asiatique masque layering

Parenthèse layering, car lui aussi s’en prend souvent plein la poire :) Un layering (ou mille-feuille) bien pensé et adapté n’apportera que du bénéfice à votre peau, croyez-moi !

J’ai une peau incroyablement sensible et pourtant ma routine en 7 étapes me convient à merveille, mais j’ai mis un temps fou à trouver ce qui allait me convenir, faute de conseils à l’époque. Aujourd’hui, ma peau revit et remercie les personnes qui m’ont fait découvrir ce rituel merveilleux.

Côté prix : libre à vous de choisir ! Une routine layering n’est pas forcément composée exclusivement de produits asiatiques ni même de produits chers : pour preuve, je pratique un layering mix entre produits bio du Sud et asiatiques, de marques à la fois chères et d’autres très bon marché.

Si vous voulez en savoir plus sur la technique du layering japonais, rendez-vous ici.

En résumé : les cosmétiques asiatiques, c’est (presque) automatique !

Vous le voyez, il n’y a aucune raison de craindre les cosmétiques asiatiques ! Au contraire, ils ont tout pour eux, il suffit de s’y intéresser un peu pour découvrir leur vraie valeur. Je pense qu’aujourd’hui, ces produits de beauté ont un bel avenir devant eux et sauront s’imposer à l’international, tant il existe des produits pour tous les besoins et toutes les bourses.

Depuis quelques années, j’ai trouvé dans les cosmétiques asiatiques ce qu’il me manquait depuis toujours : des produits et des méthodes de soin adaptés à ma peau, de l’innovation réelle, des concentrés d’actifs extraordinairement efficaces, des prix pour tous les budgets, mais avec toujours une incroyable qualité derrière chaque produit.

N’oublions pas que les cosmétiques asiatiques inspirent de plus en plus les marques européennes : BB crèmes à toutes les sauces chez l’Oréal, cushion cream importée par Lancôme et Kiko notamment, masques de tissu Sephora, sleeping pack de Garnier…

Pourtant, et ce n’est pas moi qui le dit, l’efficacité des “copies européennes” n’égale jamais celle des produits asiatiques , pourtant les prix sont bien gonflés par rapport aux versions d’origines venues d’Asie !

Un exemple qui date de la semaine dernière : une amie travaille en parfumerie pour Lancôme. Depuis la sortie de la cushion, elle cumule les réclamations : au bout de 10 à 15 jours, l’éponge est déjà sèche. Pour un produit de teint qui coûte 45€, c’est assez hallucinant ! A titre de comparaison, ma cushion Etude House coûte environ 20€ et me tient 2 bons mois avec une utilisation intensive…

– Conclusion –

Adoratrice de cosmétiques asiatiques, je suis vraiment heureuse de voir que de plus en plus de personnes osent les essayer et font tomber les clichés et mystères qui les entourent. Chaque jour, je reçois des messages de nouvelles “adeptes” qui me remercient de leur avoir fait découvrir ces pépites et cela me fait tellement chaud au coeur de partager ma passion !

Il y a encore tant à dire sur les produits de beauté venus d’Asie, mais j’espère que cet article ait su faire un bon tour de la question. Si vous avez d’autres interrogations, n’hésitez pas à les poster en commentaire et je me ferai un plaisir d’y répondre autant que faire se peut.

Alors finalement, convaincues par les cosmétiques asiatiques ? A vous de me dire ;)

logo-jung-magazine-brique

Le magazine des cosmétiques coréens clean & green.